Le goût du bonheur selon Aristote

Le goût du bonheur selon Aristote

Le philosophe ou le sage est celui qui atteint le vrai bonheur humain. Mais, s’il parait comme le plus divin des hommes, il reste un homme, soumis à la fatigue, à la maladie et à la mort.

Comme tout homme, il a dû aussi travailler en lui tout ce qui compose son humanité : ses passions, ses propensions à la colère, son sens du plaisir, sa relation aux autres. Il est devenu plus tempérant, il sait goûter le plaisir en chaque chose, sans excès et sans être débordé par lui.

Pour être un humain accompli, un homme heureux, il faut être un homme ou une femme debout, honnête et vrai, clair dans ses choix .bouddha50-1-1.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×